Agriculture

L'agriculture est l'activité économique la plus importante dans la RNNPM : sur les 5 275 hectares de la réserve, près de 12 % sont des terres agricoles. 

La viticulture est l’activité prépondérante (plus des 2/3 des terres cultivées dans la réserve). Les parcelles de vignes sont quasiment toutes exploitées sous l’appellation AOC Côtes de Provence. En 2017, 42 % des parcelles agricoles étaient en agriculture biologique.

De nombreux apiculteurs viennent également dans la RNNPM. Près de 900 ruches y sont recensées, réparties en ruchers de plus ou moins grande importance. 

Le pastoralisme est également bien présent dans la RNNPM, qu'il soit transhumant, pérenne ou dans le cadre de mesures agro-environnementales et climatiques contractualisées pour la défense des forêts contre les incendies. Il s'agit très essentiellement de pastoralisme ovin, mais 2 éleveurs bovins et 1 éleveur asin viennent également dans la RNNPM. Les sièges d'exploitations sont tous en dehors de la RNNPM (et il n'y a aucun bâtiment d'élevage dans la réserve). Plus de 10 000 bêtes (à plus de 90 % des moutons) viennent pâturer de manière saisonnière ou quasi permanente (hors période estivale) dans le périmètre de la RNNPM (taille des troupeaux en augmentation depuis 2009)

La réglementation de la RNNPM dispose que les activités agricoles existantes et régulièrement exercées à la date de la création de la réserve (23 juin 2009) sont autorisées sur les parcelles exploitées à cette date. L'exploitation agricole de nouvelle parcelle est soumise à autorisation préfectorale spécifique et les modifications substantielles des pratiques d'exploitation ainsi que les changements de nature des cultures sont soumises à déclaration préalable spécifique.

 

Pour aller plus loin, téléchargez : 

Le Formulaire d'autorisation

Le formuaire de déclaration 

Diagnostic agricole approfondi